PAS MAL, ASSEZ MOYENS, SOUVENT MAUVAIS / SONT MES ÉCRITS : TOUT LIVRE EST AINSI FAIT. Martial/C.Prigent




18 avril 2020

tant plus que pour ce - pas niait


          Aphoirismes coronavirés
                                           
                                                   santé a pas prix
          Un coup Mortel est un coup Vital pour Certains 
a déjà fait mais parfois deux font un selon
          
          Qui avant leur mort, n’étaient pas venus à la vie -
          Qui s’ils avaient vécu – seraient morts mais quand
          Ils moururent , la Vitalité vint – E.Dickinson 
a donc   mais l’un n’est au loin 
un déjà tombé 
                                       X millions masques commandés 
il pour ainsi dire l’appelez-vous ceci
ayant tendre pour ainsi feindre
leur tant plus qu’aucun n’y est 
          Avant qu’Il vienne. On soupèse le temps
          Il est lourd, et il est léger – E.D 
                                          plorons première chez patients 
fort bien de loin si c’est de quoi
ou disant qu’autant est comme l’est
est   pas niait 
          Elle a de la chance, la Tombe
          De rafler tous les prix –  E.D 
ou 
          Dépendre du Ruisseau
          Serait absurde pour la source –  E.D
  
(prémisse)   X millions ont été 
(raisonnement) ASBESTE  n. m (mot grec « incombustible »). Minéral fibreux très résistant à la chaleur. V. Amiante. Asbeste amphibolique.
                     AMPHIBOLOGIE  n.f (mot grec amphibolia). Double sens d’une proposition  V. Ambiguité, équivoque
                     AMPHIGOURI n.m. Littéra. Écrit ou discours burlesque rempli de galimatias. 
(conclusion)  quant à cela été un quoi
                    le semblé que pour plus
                    que peut donc se le comprendre
                    rester contre faut y passer
                    par ce pour qu’il
                    veut pas dire

25 mars 2020

nuit voit pas blanc pourquoi est-ce que

Pourquoi c’est noir la nuit
Comment on le peint
Et est-ce qu’on peut l’effacer

Est-ce que le noir est sur le blanc
ou bien le blanc est effacé

Quand c’est jour où est passé le noir 
et comment il revient tout noir

Pourquoi on a peur

Qu’est-ce qu’il y a dedans
est-ce qu’ on peut le voir

Si la nuit était du blanc
est-ce qu’on rêverait comme avec le noir
est-ce qu’on aurait peur

Et qu’est-ce que la peur

Pourquoi on la voit pas

18 décembre 2019

tellement qu'ils qu'un tout p'tit pli




Que je me disais


Mais qu’est-ce donc faudrait faire
Que je me disais en regardant la mer.

Qu’est-ce donc faudrait faire?

Qu’est-ce donc faudrait faire pour que ça change?

Pour que ça change un petit peu, qu’un tout petit peu.

Pour que ça bouge, que ça se déplace d’un tout petit peu, 
pour que ça se déplace dans le bon sens.

Qu’est-ce donc faudrait faire pour que ça se déplace dans le bon sens?
Qu’un peu, qu’un tout p’tit peu 

Que je me disais en regardant la mer.

Pas grand-chose, un peu, un tout p’tit peu, 
quelques millimètres dans le bon sens, 
juste dans le bon sens, que je me disais.

D’abord y faudrait qu’ils arrêtent de regarder de dessus, faudrait qu’ils arrêtent pour que ça bouge, 
pour que ça se déplace un peu, un tout p’tit peu, 
faudrait qu’ils arrêtent de regarder de dessus. 


Faudrait qu’ils se déplacent, 
faudrait qu’ils regardent de côté, 
faudrait qu’ils regardent de côté , qu’ils regardent pareil, faudrait qu’ils regardent pareil à la même hauteur, la même ligne, 

Faudrait qu’ils regardent la même ligne 
à la même hauteur 

que je me disais en regardant la mer.

Faudrait qu’ils fléchissent les jambes, 
Faudrait qu’ils plient les genoux un peu un tout petit peu, 

Faudrait qu’ils s’accroupissent, qu’ils s’accroupissent 
Et qu’ils regardent de côté pour qu’ils voient 
Que nos jambes sont pliées au niveau des genoux, Qu’elles sont bien pliées, bien, bien pliées. 


Faudrait qu’ils voient 
Comment que nos jambes sont grandes, 
Comment qu’elles sont grandes repliées sur elles-mêmes, Nos grandes et longues, longues, 
longues jambes repliées sur elles-mêmes. 

Faudrait qu’ils se rendent compte 
Qu’ils ne sont pas si grands pour que ça se déplace, 
Pour que ça bouge un peu, un tout petit peu. 

Que je me disais en regardant la mer


Faudrait qu’ils se rendent compte 
Qu’ils ne sont pas au-dessus, 
Tellement qu’ils se croyaient grands, ils étaient debout, Ils étaient debout et ils nous regardaient de dessus 
Ils étaient debout et nous assis avec nos longues, 
Longues jambes repliées sur elles-mêmes. 

Faudrait qu’ils se rendent compte 
Qu’ils ne sont pas si grands et qu’on n’est pas si p’tit. 
Faudrait qu’ils se rendent compte que si on se lève, 
Un jour ? un petit peu, qu’un tout p’tit peu que si on se lève, un jour si on se lève…

Que je me disais en regardant la mer.


Patrick SIROT
                                                                                                    
                                                                                      

20 novembre 2019

pensée du fond rien étant sois


Pavillon du Montenegro, biennale de Venise


Pensée soudainement de disposé
Où le je moi met mon où mon trou
Car l’âme ploc c’est ploc liquide plouf
Dans le fond il y a le dessous du fond rien
D’autre que le et ça
Pas je ladite hospitalité vaste
Pensez pensant la signification étant négligente
Se relier un reliant énergique reliant cela
Le permettant ayant besoin de son être  alors
Recours le corps est une âme pas pourquoi aussi non
Est une pierre je tombe la pierre  ce poids  aime moi
Lourd de soi tombe assoiffé d’amou l’urge originel détaillé à l’opinel
Aime moi dit  vérifie-toi pince ta viande sois
En étant étant-un  un un  étant crois
Ce qui satisfont encourageant quelque chose présente hospitalité
Cette pensée de piano ne font pas
Signification

30 septembre 2019

languangue un p(n)eu, d'infusion

OUKA LEELE - aujourd'hui vient mon psychiatre

Mug d’infusion sur dune d’ortie   celle est son nom d’océan .

L’interdit flotte sur le vestibule de rangées de rouleaux sombres écument.


Où kékoi kèkomment  que l’ici sable excusé.


Strophes virgulenivrantes de la raie  brisées sur l’estran du Secondaire.


Poésie anti-tapage   imprégnée d’extase comme .


Des tourniquets qui reviennent à dos de moutons  délice de l’état de nature   mais pas comme .


Des véhicules parlementaires  soulagement le plus quotidien des prières quotidiennes .


Pet porteurs d‘eau  de l’âme .


À l’extrémité d’une vache  elle quand meuhhh aboie le blizzard .


Leurs leurres qui nous rappellent bien qu’il ne soit .


De danse-sable arrimée sur le coûte-que-coûte  volupté saisie là .


Encore le moment durer sur chaque hanche arrêtera toutes ces rues avec une gomme de distance .

27 mai 2019

bruit de pudingue peu approfondissant

PHUBBING snober qui en regardant vous son téléphone quelqu’un   SILENT MEETING réunion en silence    BRAINSTORMING toujours vouloir briser entraves   COWORKING la grande manière comme la rhubarbe verte a importé peu de dernière heures   FREE SEATING ici manières gentille de ici petites   COLUNCHING avec manger des inconnus là travail des babils SLACHING à plusieurs exercer métiers la fois   MOOFING dans cafés les travailler   COWFUNDING le chanteur ici s’ouvre avec pas beaucoup de cette chose   FOODING fou dingue de betterave la logo de tombé là nouveau   MANTERRUPTING interrompre qui femme parle une BROPROPRINTING  proprier une parle qui s’ap   TRASHDATING drague un si petit endroit lourde   SERANDIPITING repousse un dans espoir une RV plus gamme haut   FISHING le même plusieurs à morceaux de envoi messages les portes d’ouverture   SUBMARINING subite pour sans ressurgir excuse

RECATONPILU  ça suffing ras-le-boling happy-ending 
cela qui tout là cela est et confiture de rictus plaisants trop sûrement s’est longtemps con clu dévastation’ ne neu

18 mars 2019

mâchure ses mes ventre à l'amour


Je serrai Miriam contre moi, sentis sa peau frémissante. Son visage toucha le mien, ses lèvres mâchurèrent ma bouche blessée.
Sans douleur, nos bouches se confondirent. Sa peau fraîche traversa la mienne, ses nerfs firent circuler dans les miens leur vif-argent, le flux de ses artères déversa chaleur et tendresse jusque dans les plus secrets recoins de mon corps.
Elle disparut en moi pendant notre étreinte. Son thorax se fondit dans le mien, ses bras se mêlèrent à mes bras, Ses jambes et mon ventre devinrent mes jambes et mon ventre. Son vagin me comprima le sexe.
Je sentis sa langue dans ma bouche, la morsure de ses dents sur les miennes. Ses yeux s'unirent aux miens par la fonte de nos rétines. Notre vision brouillée nous communiqua les images multiples enregistrées par les yeux à facettes de notre être chimérique.
Alors, je vis doublement ce qui m'entourait, par les yeux de Miriam aussi bien que par le miens. Je perçus dans nos esprits son vertige nerveux, la confiance et l'amour qu'elle me portait. Chaque fleur, chaque feuille du parc brillèrent d'autant plus et composèrent une forêt de verre luminescent, oeuvre d'un maître joailler 


J.G. BALLARD, Le rêveur illimité, Tristam Souple 

11 janvier 2019

total pareil, à rire [toutes dents]



ein gutes neues Jahr - happy new year - aam saiid - shnorhavor nor tari - subho nababarsho - mbembe mbu - sretna nova godina - честита нова година - xin nièn kuai le - bon nannen - banané - godt nytår - onnellista uutta vuotta - onnellista uutta vuotta - gelukkig Nieuwjaar - ath bhliain faoi mhaise - ein gutes neues Jahr - bonne annéegilotsavt aral tsels - kali chronia - shana tova - boldog új évet - farsælt komandi ár - buon anno - akemashite omedetô - zhana zhiliniz kutti bolsin - sala we ya nû pîroz be - srekna nova godina -  arahaba tratry ny taona - kia hari te tau hou - С Новым Годом - feliz ano novo - szczesliwego nowego roku - สวัสดีปีใหม่ - goredzwa rakanaka - štastný nový rok - dewenati - iniya puthandu nalVazhthukkal - Chúc Mừng Nǎm Mới - mwaka mzuri - srecno

23 novembre 2018

comment et pourquoi ça

Pourquoi naisse-t-on

Comment ça passe
et comment c’est rentré

Pourquoi c’est rentré puisque c’est sorti

Est-ce que ça fait mal quand ça rentre

Et quand ça sort
Pourquoi on crie

Quand c’est rentré comment ça tient
Ça ne risque pas de tomber

18 juin 2018

PRIS PAR LE COL [de l'Echelle]

EWELYN GERBAUD

Trouver un synonyme au mot prohibé tel que 
SILENCE  
on de dieu !  
Savons que le temps est là   
qu'il est las 
Pourtant proche 
le Nord 
commence 
à pousser  
Pousse-pouce la 
forêt court  
Pis quoi tombent   
Comme un cri dans la nuit

1 mai 2018

ben pendue ellof lalangue

standard
On ne sait pas trop pourquoi, mais après une guerre atomique, une épidémie, une révolte de robots, il n'est plus resté qu'un seul type sur la terre. Il est assis tout seul dans une pièce vide. Et alors, d'un coup, il y a un coup à la porte.
cités
Wesh, c'est portnaouak, après une embrouille atomique de la jnounerie, une chtouille qui a niqué sa race à un max de keums, une guerre où on s'esst fait mêler par de bâtards de terminators, tout le monde s'est fait técla, c'est dar, c'est cheum, il reste macache dans le zoo, sauf un bolos. Le meskine, ça le fait pas trop dahak, de faire le poireau, il a grave la seum. Et hendek, un truc chelou : ça péta à la lourde.

21 mars 2018

d'autres là à là-bas d'être ici

désinfecte / assure
Ayez tuer à mort la vie d’un bâton de chaise
Ayez faire très attention à triste comme un bonnet de nuit
Ayez doit travailler dans l’excitation du pur fait d’être là
Ayez rentrer à sa chacunière
Ayez ne sonnez pas comme un cloche quand vous vous frapper la poitrine

N’ayez l’air d’un accident de chemin de fer

Ayez soyez roi de la pleine lune c.à.d quand la lune est pleine de lune
Ayez il n’y a là pas d‘autre là où courir
Ayez il aime mesurer d’ici à là
Ayez petite chapelle de la clarté

N’ayez pas où là bouche l’oreille où là cœur sur la main ne

Ayez à là pinceau cherche des noisettes dans son atelier
Ayez le ciel long de milliers de cordes accouplées à une treille de sons purs
Ayez destin où là entrer par la porte du soleil
Ayez soleil de citron à là œil ouvert sur le pays où là mélange des os

N’ayez pas laisser rouiller ses dents là s’ennuyer croûte de pain déseulidarisé

Ayez arrêt pour maintenance ouvre le bal réacteur n°4
Ayez conscience là descend vertèbre par vertèbre où absorbez-vous dans souffle
Ayez po M a l’estomac d’un bovin à là meuhh-ra pas
Ayez à tenir à distance deux demi-molécules d’atome

N’ayez pas couper le fil d’aider à là bombes
N’ayez pas pape Borgia Alexandre V empoisonna ses évêques pour là-bas leurs richesses
N’ayez pas Bolinbroke devenir à cet Henri IV-là

Ayez nier n’ayez évier gris fumée
Ayez quelqu’un disant à un arbre merci pour ton humanité

Ayez à Celan disant nous la buvons le soir nous la buvons midi et matin nous la buvons nuit buvons buvons buvons

13 février 2018

HANS DE OP / Staging silence



                  douksaknqzhkjiuhzincunonbytyvuxexhdhpljqaojo ?

silence...

16 janvier 2018

chaussures rouges rarement elle s'affole

Elle a deux chaussures rouges : Lucy et Jacques,

elle les aime tellement qu'elle les porte rarement pour ne pas les abîmer,

elle s'imagine qu'elles sont amoureuses.

Un jour, elle ne trouve que Lucy, elle s'affole, appelle :

"Jacques, Jacques, où es-u ? Lucy veut te voir."

Yara RAFAL, poète palestinienne

21 novembre 2017

voir ton scandale / entrer dans ton panier

je voudrais voir ton scandale
faire exploser son cac40
ouvrir les portes aux importations
je voudrais visiter tes confidences
veiller à ne pas dormir sur tes lauriers
chahuter leur pacte de stabilité
mais pas s’endormir ensuite sous l’oreiller

je voudrais entrer dans ton panier
placer une douzaine d’yeux sur orbite
mais je voudrais pas faire d’omelette

comment faire

peut-être goûter à tes miettes
dépasser tous les quotas assurantiels
se moquer de nos découverts
et ensuite partager nos excédents entre nos quatre draps

je voudrais 
oui je voudrais