PAS MAL, ASSEZ MOYENS, SOUVENT MAUVAIS / SONT MES ÉCRITS : TOUT LIVRE EST AINSI FAIT. Martial/C.Prigent




9 avril 2016

Homme, quel plein es-tu ?


Réponse ici, car

LE MEC QUI PARLE ENSEMBLE COMMENCE À SE CONNAÎTRE

:

https://soundcloud.com/supernovaeditions/bruissonnantes-partie-3

5 février 2016

mécontent bloqué tomate en sautant


L'ADOLESCENT SE MASTURBAIT À CHAQUE PASSAGE DE TRACTEUR
(Le Progrès)

ELLE NE FINIT PAS SES TOMATES ET LA SITUATION DÉGÉNÈRE
(La Nouvelle République)

IL CAMBRIOLE LANUSSE ET MANQUE DE FINIR AU TROU...

(Nord Littoral)

ARDENNES. EXCÉDÉ PAR LE CHIEN DE SON VOISIN, IL TUE LES DEUX

(Ouest France)

MÉCONTENT DE LA QUALITÉ DU CANNABIS, IL VA SE PLAINDRE AU COMMISSARIAT



IL RÉÉCRIT LA BIBLE CAR IL LA TROUVE "MAL ÉCRITE"
(L'Essentiel)

LES SOURDS-MUETS FAISAIENT TROP DE BRUIT

(Le Journal d l'île de la Réunion)

IL EXPULSE UN MORCEAU DE FLÉCHETTE BLOQUÉ DANS SON NEZ DEPUIS 44 ANS

(Midi Libre)

LONDRES :  POUR ÉNERVER SES VOISINS
(Europe 1)

L'ONU PRÉPARE UNE PLAYLIST DU BONHEUR

(Le Parisien)

MAURICETTE, 80 ANS, DONNE 40 COUPS DE COUTEAU À SON MARI "POUR PLAISANTER"
(Métro)

SA COMPAGNE S'ENFUIT EN SAUTANT PAR LA FENÊTRE, IL TUE LE CHAT

(La Voix du Nord)

CETTE FEMME N'A PAS SOURI DEPUIS 40 ANS POUR NE PAS RIDER

(Le Journal de Montréal)

SELON UNE ÉTUDE SCIENTIFIQUE, LES ÉTUDES SCIENTIFIQUES NE SONT PAS FIABLES

(Libération)

DEUX ENFANTS CREUSENT UN TUNNEL POUR FUIR LEUR ÉCOLE

(20 Minutes)

CONDUITE À L'ABATTOIR, UNE VACHE SE REBELLE ET SAUVE SA VIE

(Lyon Mag)


Adrien GINGOLD, Le tout va bien, Le Tripode

10 janvier 2016

SYLVIE BLOCHER / s'inventer autrement



"[…] il y a quelque chose en chacun de nous qui peut faire résistance pour s'inventer autrement. Une parole, un geste. Une pensée."


Au fil d'une quinzaine d'installations vidéo, Sylvie BLOCHER déploie un ensemble de portraits qui procèdent d'un aller-retour constant entre soi, les autres et le monde.
Ainsi à Sao Paulo, elle propose de filmer une centaine d'adolescents des favelas de Cidade Tiradentes dont les images seront projetées dans l'entrée du futur centre d'art. Les services de la ville lui proposent de tourner plutôt avec des adolescents du centre ville ! 
Alors :
"Je m'infiltre partout durant un mois dans les centres sociaux, les écoles, les constructions précaires. C'est finalement dans l'amphithéâtre de l'école "Agua Azul" que je peux tourner cette vidéo. 85 adolescents se présentent. L'oeuvre n'est pas exposée : le direceur de la culture de la ville les trouvent trop fiers, irréductibles." SB


A Sète, SB réalise le projet "in situ Qu'offrez-vous ?" en invitant les habitants de Sète et des environs à venir la rencontrer munis d'un cadeau symbolique qui les engage. En échange, les personnes qui ont répondu reçoivent un original de leur passage en vidéo ou une phrase écrite, signés par l'artiste. Au cours de l'entretien, SB cherche à ce que les affects se libèrent au point de créer de l'imaginaire : l'art comme potentiel d'émancipation.




"L'imaginaire, c'est une vacance du contrôle de l'autorité, qui permet aux pensées désirantes de se dérouler, d'extraire des émotions chassées ou interdites. C'est ce relâchement de l'autorité, même l'espace d'un court instant, qui permet d'activer et de performer un autre mode de soi à soi, de soi aux autres. Je lui donne le nom de double touché-e." SB

Et c'est ici

15 décembre 2015

EMME WOBO [nous sommes ensemble]


Le savant assis sur le TATUNDA ("rocher plat") :

 "La parole est comme un oignon :
Tu enlèves une pelure, il y en a une autre.
Tu enlèves, tu enlèves, tu cherches le noyau… 
Mais ça n’en finit pas."


Et d'autres savants des quartiers font écho :

"Pour parler, il faut connaître."     "Ce que tu ne connais pas, c’est la nuit pour toi."
"Il faut ensuite bien se connaître."     "Tout le monde n’est pas habilité à parler."
"Cèli Yaja ni gunaan tuli, C’est la parole qui a conduit Yaja en esclavage."


"Quand tu viens demander la protection, on ne peut pas te refuser.
On sacrifie et on jure de ne pas trahir. On est ajoutés."
"Désormais, on est les mêmes. Toute origine antérieure est nulle.
À LA QUESTION : D'OÙ VIENS-TU ?  ON RÉPOND :
JE VIENS D'ICI."


"L'homme est né pour la souffrance, la douleur est son être"     "Quand on s'installe dans un village, on est les mêmes"     "Il fallait protéger par des interdits, nos interdits ce sont nos lois"     "La parenté chez les Dogons, c'est les pieds de la calebasse"     Vous les Blancs, vous aimez nos pilons et nos vieux"


etc…


POUR VANTERIE

AG veut faire entendre/voir/lire la partition que se donnent quelques groupes
dogons du Mali pour vivre ensemble, informant ainsi la question universelle de "comment faire société dans la pluralité". Un texte oral total, poème-épopée-mythe-histoire, accompagné de nombreuses photographies en noir et blanc. AG suggère d’apprécier ce texte comme le "poème fondateur" (et agissant sur le réel) d’une société par ailleurs largement fantasmée, voire sanctuarisée.
AG vit au sud de la France. Il a publié une vingtaine de livres.
Outre la poursuite d'un chemin d'écriture au long cours, il donne des lectures pu-
bliques, participe à des festivals de poésie et anime un blog (l'okibou.blogspot.com)
qui fourmille de propositions littéraires et artistiques variées et réjouissantes.

POUR CONSULTER ET PLUS…
at.agneau@wanadoo.fr
Bientôt : http://www.atelierdelagneau.com/

30 novembre 2015

au-dessus des tombereaux



Que se passe-t-il [en Gaule, ndlr] pour qu'une idéologie aussi répugnante devienne un objet de désir ? 
J. FERRARI, ici

et

M. GAUCHET, ici

et

O. ROY, ici

24 novembre 2015

quoi tous les sens - textué


ça traîne pas :

« LUI T’ATTENDAIT AUTRE PART AVEC SES NOMS. »


et tu savais quoi dire
mais quoi est un autre

(texué bien sûr)



ou bien / (ou mieux ?) :

« J’ECRIS LUMIERE. UN MOT SE FORME A MOITIE SOUS LA LANGUE. L’AUTRE SE REPAND DANS TOUS LES SENS. »

c’est tout

et ça commence



Trouvite :  ICI…  au n° [17]

17 novembre 2015

SILENCE… puis TRAVAIL... [de l'intelligence]


et unique moins de mots qu'en partant dire : barbarie… etc



et unique plus de verbes en venant dire : leussein,

éclairer, mettre en lumière

arriver à recueillir son pourquoi



Parménide : Mets en lumière la façon dont par l'esprit
l'absent devient présent

9 novembre 2015

électrique gi gong du pin en pleine biennale




 Céleste Boursier-Mougenot fait faire du Gi Gong à un pin électricité pulsative (branchée à la sève du dit)

Pêchons des rêves miel de ciels vermeil yeux

Ame inclinée sur l'épaule

6 octobre 2015

pas murakamer michaël sans palmer haruki


putain de mur de pépin   de bref
la pomme finie, fautil se lamentable

toutbête on est   sans sucré
pus d’éclair   pus   d’électricité quoi
le sexte s’arrête

le temps de trouver d’autres hauteurs

Trouvite :  ICI…  au n° [13]

30 septembre 2015

13 septembre 2015

gerbé bio repas écumoir


porteurs de pétition fromage - auto-soulèvement des pierres coquilles - sympathie égoïsme de lucioles - dicussion de table minuit - enfance papier - joies syncopes - écrit le chiffre 1 tableau blanc - début nygdamus fluorescent - gerbé bio repas entre amygdales - heure côtelettes mange - dépêche melba - pack amour premium - samsung sansonnette - soulier fenêtre d'un été - en écumoir avec l'autre - bleu rizon d'état - scotome déshydraté - blanc dans les yeux maximum-tampax - gît pirate automatique - étincelle de dos sauvegarde


Mine de rien suis mis à parler du coeur    Non ?
Juste ce moment faut aller se faire arrrrrrrrachnée une ( rien contre elle   la dentriste )

tout de même ajouter AMAXICILLINE à MENTHE POIVRÉE ASPEN MIMULUS RESCUE FLEURS DE BACH ajoutés à PLAVIX CRESTOR PERMIXON ALFUZOSINE— fait beaucoup

Parce que coeur    depuis millions d’apnées compterait-il pour reins face à convulsions guerres vagins estomacs verges tire-bouchons jambes manches de veste tubes gastriques noués seins au carré foies pâtés cages thoraciques en acier galvanisé

Cage thoracique — le moteur dedans
montre ses natures

UN tente se débouchonne  UN se pâtehater  UN déserrure    quitte    dénoue    déloquète    démamellade

TOUS leurs montrer mes natures
    Toute ligne qui part d’un point lumineux éclaire


JE exorciste lent
apaise
(leur) Tsarskoïe-Sélo 


6 septembre 2015

31 août 2015

crave de rire ne jamais soupape

Fonte de la gelée fatigue du vert-de-gris


catananche bleue
raiponce rosée
thicodrome bleu

même


tanaisie en corymbe
silène enflé

d'accord d'accord


laser (mais à larges feuilles)
vipérine (mais dompte-venin)

et


orpin (non âcre)
rhinante à crête de coq

y a de quoi rire en effet


chocard à bec jaune
crave à bec rouge



DE QUOI POUVOIR FAIRE ENFIN SES HUIT
à la vitesse d'un million de vent

10 juillet 2015











une étendue blanche que je recopie ici pour mieux apprendre
Jean-Marie Gleize











4 juillet 2015